Journée de la Femme Digitale

une chance de réécrire le futur

En 2018, JFD annonce la création de la Fondation Margaret, qui a pour ambition de soutenir et de redonner la place aux femmes dans le numérique, secteur dans lequel elles sont encore largement sous-représentées, au travers de 5 actions concrètes. 

Rendant hommage à Margaret Hamilton, la fondation est la continuité du prix les Margaret qui récompense chaque année des femmes digitales entrepreneurs et intrapreneurs, d’Europe et d’Afrique qui changent le monde grâce au digital

5

Les axes d’action de la Fondation Margaret 

RÔLES MODÈLES – ÉDUCATION  – COACHING  – COMMUNICATION  – FINANCEMENT 

En plus de ces 5 actions, la Fondation Margaret mène également des projets concrets avec persévérance et détermination pour changer les mentalités et les comportements pour un monde meilleur : 

Des bourses pour les jeunes  filles qui souhaitent poursuivre des études menant à des carrières dans le secteur de l’innovation. 

Des opérations de sensibilisation dans les lycées pour donner l’envie aux jeunes femmes de se tourner vers l’entrepreneuriat, en collaboration avec 100 000 Entrepreneurs. 

LES CHEMISES BLANCHES

Lancement en 2018 d’une ligne de chemises blanches avec La Redoute pour donner envie aux femmes d’oser, d’innover et d’entreprendre. Une part des revenus générés par la vente sont reversés à la Fondation Margaret pour soutenir ses actions.

Devenues un symbole de l’entrepreneuriat et de l’intrapreneuriat au féminin, les “Chemises Blanches” est tout d’abord un mouvement, né en 2017. Un coup de gueule à la suite du sujet start-up françaises en Une du magazine Capital : 11 hommes en chemise blanche et jean pour illustrer la startup nation France d’aujourd’hui. Delphine Remy-Boutang organise la riposte en rassemblant 13 fondatrices de start-up également en chemise blanche et jean pour dénoncer la sous représentation des femmes digitales dans les médias.

L’UNESCO

&

JFD

En mars 2019, JFD s’associe à l’UNESCO pour célébrer la journée internationale des droits des femmes, à travers une exposition exceptionnelle et l’initiative #Wiki4Women. 

L’exposition “Remarkable Women in Technology” présentée pendant un mois devant l’UNESCO et à la Maison de la Radio, pendant la JFD Europe (2019), rendait hommage aux femmes remarquables dans le domaine des technologies. Parmi elles, les lauréates 2017 et 2018 du Prix les Margaret : Céline Bardet, fondatrice de We Are Not Weapons of War, Joséphine Goube, fondatrice de Techfugees et Roxanne Varza, Directrice de Station F. 

L’initiative #Wiki4women en collaboration avec Les sans pagEs et Wikimédia a réuni près de 250 contributeurs à l’UNESCO, venus créer, enrichir et traduire des pages Wikipédia de femmes engagées dans le domaine des nouvelles technologies et des sciences. Le mouvement a pour ambition de tendre vers davantage de parité sur la plateforme Wikipédia : moins de 20% des biographies de l’encyclopédie collaborative en ligne concernent des femmes.  

Mouvement auquel JFD s’est associé en organisant un atelier #Wiki4Women avec l’UNESCO à la JFD Europe en 2019, pour favoriser la visibilité des femmes digitales sur Wikipédia. 

Si la représentation des femmes sur la plateforme est faible, elle est encore plus critique pour les femmes noires (5 %). C’est la raison pour laquelle la 1ère édition de la JFD Afrique s’est attachée à sensibiliser et à mener des actions avec Noircir Wikipédia, projet fondé par Ivonne Gonzalez, qui comble l’absence de références, d’articles, d’informations sur la culture, les personnalités africaines et de la diaspora africaine et afro-descendante dans l’encyclopédie en ligne Wikipédia.

Plus de 550 profils ont été édités grâce aux actions de la Fondation Margaret, dont celui de Lucie Basch, fondatrice de Too Good to Go, lauréate du Prix les Margaret 2018 et Ndèye Tické Ndiaye Diop, ministre de l’Economie numérique et des télécommunications au Sénégal.